Épisode de pollution de l'air aux particules fines : recommandations à suivre

Activation de la procédure préfectorale d’alerte de niveau N2

Compte tenu des prévisions émises par Atmo Auvergne Rhône-Alpes, la procédure préfectorale d’alerte de
niveau N2 est activée à compter 5 août 2018 pour le bassin d’air lyonnais / Nord-Isère.
Afin de réduire les sources d’émissions polluantes, le préfet de l’Isère instaure de nouvelles mesures détaillées ci-dessous
qui s’ajoutent à celles diffusées lors de l’activation de la procédure préfectorale d’alerte de niveau N1. (voir les mesures établies par l’alerte de niveau N1)
Ces nouvelles mesures prennent effet à compter de ce jour à 17h à l’exception des mesures relatives au secteur du
transport qui sont mises en oeuvre à partir du lundi 6 août 2018 à 5h.

Les mesures détaillées

Mesures relatives au secteur du transport et à la circulation différenciée

  • La circulation différenciée est instaurée dans les conditions définies à l’article 7-3 de l’arrêté préfectoral n°
    38-2018-01-02-004 du 2 janvier 2018 relatif aux procédures préfectorales d’information-recommandation et
    d’alerte du public en cas d’épisode de pollution de l’air ambiant dans le département de l’Isère.
  • Ainsi, à compter du lundi 6 août 2018 à 5h00, seuls les véhicules disposant d’un certificat de qualité de l’air
    sont autorisés à circuler.
  • Ne sont pas soumis aux restrictions :
    – les véhicules d’intérêt général prioritaires : véhicules des services de police, de gendarmerie, des
    douanes, de lutte contre l’incendie, d’intervention des services de déminage de l’Etat, d’intervention des
    unités mobiles hospitalières ou, à la demande du service d’aide médicale urgente, affectés
    exclusivement à l’intervention de ces unités et du ministère de la justice affecté au transport des
    détenus ou au rétablissement de l’ordre dans les établissements pénitentiaires ;
    – les véhicules d’intérêt général : ambulances de transport sanitaire, véhicules d’intervention de sécurité
    des sociétés gestionnaires d’infrastructures électriques et gazières, du service de la surveillance de la
    Société nationale des chemins de fer français, de transports de fonds de la Banque de France, des
    associations médicales concourant à la permanence des soins et des associations agréées de sécurité
    civile, des forces armées, des médecins lorsqu’ils participent à la garde départementale, de transports
    de produits sanguins et d’organes humains, des engins de service hivernal et véhicules d’intervention
    des services gestionnaires de voirie ;
    – les véhicules assurant un service public de transport routier de personnes.

Autres mesures relatives au secteur du transport

  • Les essais moteurs des aéronefs dont l’objectif n’est pas d’entreprendre un vol sont interdits et reportés à la
    fin de l’épisode de pollution.
  • Les tours de piste d’entraînement des aéronefs, à l’exception de ceux réalisés dans le cadre d’une formation
    initiale dispensée par un organisme déclaré, approuvé ou certifié, avec présence à bord ou supervision d’un
    instructeur sont interdits et reportés à la fin de l’épisode de pollution.
  • Les bateaux fluviaux sont raccordés électriquement à quai en substitution à la production électrique de bord
    par les groupes embarqués, dans la limite des installations disponibles

Mesures relatives au secteur industriel

  • Les prescriptions particulières prévues dans les autorisations d’exploitation des ICPE en cas d’alerte à la
    pollution de niveau d’alerte 2 (ou au niveau d’alerte 2 aggravé) sont activées, sans délai, par les exploitants.
  • Toute unité de production, émettrice de particules fines, de NOx, ou de COV déjà à l’arrêt ou qui seraient
    arrêtées durant l’épisode de pollution n’est autorisée à reprendre son activité qu’à la fin de l’épisode de
    pollution.
  • Réduire les émissions, y compris par la baisse d’activité.
  • Arrêt temporaire des activités polluantes.

Mesures relatives au secteur chantier BTP et carrière

  • Sur les chantiers, les travaux générateurs de poussières (démolition, terrassement, etc.) sont arrêtés et
    reportés à la fin de l’épisode de pollution.

Mesures relatives au secteur résidentiel

  • L’utilisation de groupes électrogènes, pendant la durée de l’épisode de pollution, n’est autorisée que pour
    satisfaire l’alimentation électrique d’intérêts essentiels, notamment de sécurité.

 

Mesures de protection de la population des effets du pic de pollution

Par ailleurs, afin de protéger la population des effets du pic de pollution, le préfet de l’Isère formule les
recommandations suivantes :
Recommandations faites aux personnes sensibles et vulnérables :

  • Éloignez vous des grands axes routiers aux périodes de pointes ;
  • Éloignez vos enfants de la pollution automobile ;
  • Limitez les sorties durant l’après-midi (13h-20h)
  • Limitez les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions) en plein air, celles à l’intérieur
    peuvent être maintenues ;
  • En cas de symptômes ou d’inquiétudes, prenez conseil auprès de votre pharmacien ou de votre médecin.

 

Pour plus d’informations :