Nid de la Processionnaire du pin

La chenille processionnaire du pin (Thaumetopoea pityocampa) a envahi la quasi-totalité du territoire français.

La Ville de L’Isle d’Abeau se bat depuis des années contre cet insecte très urticant pour l’Homme et les animaux en mettant des pièges en place et en élaguant les arbres infestés.

Afin de rendre la lutte plus efficace, votre participation est indispensable !

L’éradication des chenilles processionnaires est une obligation pour les propriétaires et les locataires selon l’arrêté municipal n°2020-003 du 15/01/2020

 

Quels sont les risques sur notre santé et celle de nos animaux domestiques ?

Les chenilles sont couvertes de poils urticants (invisibles sur la partie dorsale des segments abdominaux) qui peuvent déclencher des réactions d’irritation violentes et une réaction de type allergique (brûlure, rougeur et œdème).

L’animal le plus souvent atteint est le chien. A chacun d’agir dans son jardin.

Protégez-vous : ne jamais toucher une chenille sans protection !

En cas de réaction allergique (langue, yeux, poumons) : consulter rapidement un médecin.

 

Quels sont les moyens pour lutter ?

  • L’HIVER

L’éco-piège pour éviter les désagréments des processions et limiter les populations à venir.

Placé durant l’hiver, il permet de piéger sans danger les chenilles qui descendent en procession dans un sac.

 

 

Le nichoir pour favoriser la prédation naturelle.

De la nidification au nourrissage des petits, un couple de mésange peut ingérer de 500 à 800 chenilles (3 à 5 nids de processionnaires). Le nichoir doit être en place en janvier – février.

 

  • L’ÉTÉ

 Le piège pour réduire la prolifération de l’insecte en limitant sa reproduction. Le papillon mâle est attiré par la phéromone («hormone») sexuelle de la femelle.

Cette méthode de lutte biologique permet de piéger les papillons avant qu’ils ne se reproduisent : le nombre de chenilles à venir est ainsi fortement limité.

La période d’installation des pièges commence mi-mai /début juin.

Avantage : traitement biologique spécifique à ce papillon sans dégâts sur les autres animaux.

 

Destruction des nids

Au plus tard à la fin de l’hiver, les propriétaires et locataires sont tenus de supprimer le cocons (ou « nids ») puis de les incinérer en prenant toutes les précautions nécessaires. Porter de vêtements longs, des gants et un masque notamment en raison des capacités extrêmement urticantes des chenilles.