Une veuve joyeuse, à travers un monologue drôle, savoure la fin de son calvaire conjugal et aborde le délicat sujet de la violence faîte aux femmes. Erato revient des funérailles de son mari. Elle erre, seule chez elle, tâtonne… puis peu à peu, les mots commencent à sortir, neufs, fragiles, maladroits…  Et c’est l’heure, jouissive, de la délivrance. Elle raconte le calvaire qu’elle a vécu avec Leftéris, un flic macho, brutal, infidèle. La solitude, effrayante. La culpabilité, la honte. Violences plurielles, physiques, psychologiques.
Contre toute attente, loin d’être haineuse et vindicative, la parole qui s’ouvre ici est vitale, c’est un cri libératoire, joyeux et organique. C’est l’histoire d’une femme qui s’écrit, se réinvente, se redécouvre, avec humour, poésie, et un contagieux appétit de vivre.

Le destin particulier d’Erato entre dans la résonnance universelle du cri que poussent les femmes aujourd’hui, en occident. En Europe, une femme sur trois a déjà subi des violences.
Etre une femme, exister autrement que comme ménagère, maman ou objet, est pour beaucoup un combat quotidien. Là où la cellule familiale ou les communautés échouent souvent dans l’éducation de ces valeurs fondamentales, la culture est, encore et toujours, le lieu des possibles.
Et le théâtre, la sève de cette espérance. La simplicité, l’universalité, l’humour, la profondeur de La  » Putain  » du dessus, ou de cette  » Rose d’Avril « , printemps de femme, sont sources de réflexion, de débat, d’introspection.

Informations et inscriptions

Sur réservation auprès du service Culture – Le Millenium.
22 avenue du Bourg 38080 L’Isle d’Abeau
Tél. : 04 74 18 51 13
Mail : culture@mairie-ida.com
Page Facebook : Le Millenium – service culture

Conditions de gratuité ou de réduction (sur justificatif)

  • Moins de 18 ans
  • Étudiants et lycéens
  • Demandeurs d’emploi
  • Bénéficiaires des minimas sociaux
  • Personnes en situation de handicap

 

Compte tenu de la situation sanitaire, la Ville de L’Isle d’Abeau prend toutes les mesures nécessaires pour respecter les gestes barrières. Le port du masque est obligatoire.